Le projet BETTER HEALTH : Durham, financé conjointement par l’IRSC et la Société canadienne du cancer, est une étude qui vise à étendre l’approche du Programme BETTER. Il consiste en une réunion de soutien pour examiner la prévention et le dépistage des maladies chroniques entre une infirmière de la santé publique assumant le rôle de professionnelle en prévention et un participant âgé entre 40 et 64 ans résidant dans la région de Durham en Ontario.

BETTER HEALTH : Durham rassemble des chercheurs du Centre des sciences de la santé Sunnybrook, de l’Hôpital St. Michael’s, du Service de santé de la Région de Durham et du Département de médecine familiale et communautaire de l’Université de Toronto. Ce projet s’étalera de 2017 à 2020.

Notre objectif avec BETTER HEALTH : Durham est d’adapter l’approche BETTER selon les principes de la recherche participative communautaire. Les participants sont admissibles en fonction des « grappes » où ils résident. Les grappes sont des quartiers plus petits identifiés comme «quartiers prioritaires» par le Service de santé de Durham, et des quartiers où les habitudes de dépistage du cancer sont faibles.

BETTER HEALTH : Durham comporte trois phases : la phase d’adaptation, l’essai randomisé et une évaluation qualitative.

La première phase était la phase d’adaptation, qui a duré de février à juillet 2017. Elle comprenait l’organisation de groupes de discussion et d’entrevues individuelles auprès de membres du public et d’informateurs clés pour passer en revue les dispositions préliminaires quant aux outils, ressources et contexte. Le rapport associé présente 5 thèmes résultant de cette phase.

La seconde phase, la randomisation par grappes, visera à avoir 5 grappes d’intervention (immédiat) et 5 grappes contrôle (liste d’attente) avec 12 participants dans chaque grappe pour un total de 120 participants. Les participants du groupe d’intervention remplissent une enquête de base auprès du coordinateur de la recherche, effectuent une visite auprès du professionnel en prévention, puis procèdent à une enquête de suivi 6 mois après. Pour les participants du groupe contrôle, ils prennent part à l’enquête de base, procèdent à l’enquête de suivi 6 mois après, puis rencontrent le professionnel en prévention. Au cours de la visite avec le professionnel en prévention, les participants ont l’opportunité d’établir des objectifs, d’obtenir un bilan de leur santé et d’avoir accès à différentes ressources grâce aux vastes connaissances des infirmières de la santé publique. Les participants ont été recrutés par différents moyens. Voici quelques exemples de stratégies de recrutement : participation à des événements locaux, annonces dans les journaux, affichage d’annonces de recrutement auprès des organismes et des groupes communautaires, envois postaux Postes Canada, présentations dans les organismes, médias sociaux, etc.

La troisième phase, l’évaluation qualitative, aura lieu avec les participants inscrits, les intervenants et les partenaires tout au long de l’étude, qui seront invités à répondre à une série de questions au sujet de leur propres expérience et réflexions sur la mise en œuvre de l’étude. La phase qualitative sera fondée sur des principes théoriques et informée par le Consolidated Framework for Implementation (Cadre consolidé pour la echerche sur la mise en œuvre).

À travers ces phases, nous envisageons de continuer à partager les travaux et les connaissances de BETTER avec un large éventail d’intervenants, y compris les preneurs de décision, les conseillers, la santé publique, les soins primaires, les organisations communautaires et nationales, et avec l’auditoire scientifique plus large, via le programme de transition des connaissances.

L’information ci-dessous compare la version originale de l’Essai BETTER en soins primaires à BETTER HEALTH : Durham.

BETTER dans les pratiques de soins primairesBETTER HEALTH : Projet Durham
Emplacement physique du praticien de la prévention (PP)Dans les cliniques d’équipe de soins primairesIntégré au ministère de la Santé, région de Durham, pour la sensibilisation communautaire
Identification des participantsDu dossier médical électronique Stratégies de recrutement communautaires
Identification des comportements et activités accomplis et actuels Du dossier médical électronique, et de l’auto-déclaration dans l’enquête auto-administrée Des réponses à l’autodétense à l’enquête administrée par le coordonnateur de la recherche
Identification des facteurs de risque Tests de laboratoire, enquête, dossier médical électronique Autodétense
Entretien motivant par PP et établissement d’objectifs par les participants Par un praticien de la prévention dans les cliniques d’équipe de soins primaires Par des praticiens de la prévention à divers endroits communautaires
Facilitation de la réalisation des objectifs Personnel de clinique, praticien de la prévention, liens et soi-même Praticiens de la prévention, liens et soi-même
Stratégie pour trouver un médecin de soins primaires pour les participants. Non applicable Les praticiens de la prévention appuyés par une stratégie de soins primaires engageant les médecins et les cliniques près des grappes.
Mesures primaires des résultats Indice composite, exprimé comme le rapport (multiplié par 100) du nombre d’actions admissibles de CDPS (prévention et dépistage des maladies chroniques) à la ligne de base (dénominateur) qui ont ensuite été rencontrées au suivi (numérateur), mesurée au niveau du patient. (G)
Vérification des résultats Abstraction du DME et réponses à l’autodédence lors d’une enquête auto-administrée répétée par un praticien de la prévention Réponses d’autodétense à l’enquête administrée par un assistant de recherche

Pour plus d’informations sur le projet BETTER HEALTH : Durham, veuillez communiquer avec le Dr Lawrence Paszat à LawrencePaszat@sunnybrook.ca